LAREDO, PORT DES ROIS

Laredo est devenu le principal port de la région parce qu´une partie de l´Armée Royale y accostait. C´était un port que les Rois Catholiques, leur fille Jeanne de Castille, Charles V (fils de Jeanne) et Philippe II (fils de Charles V), choisissaient pour leurs voyages en dehors de nos frontières.

Laredo est devenu la seule place maritime, depuis le Pays Basque jusqu´à la Galice, préparée pour saluer avec l´artillerie tant l´arrivée comme le départ d´un voyage royale. En 1556, l´arrivée de Charles V à Laredo a coincidé avec une période de croissance urbaine et démographique. En ce moment, les autorités de Laredo travaillaient dûrement pour controler depuis le port tant les personnes comme les livres interdits et les marchandises: légales, de contrebande (“descaminadas”) et interdites (“vedadas”), telles que l´or, l´argent et les armes. En plus, ces autorités devaient surveiller la côte à cause de la menace constante de l´arrivée des ennemis.

 

Les marchés ont été le principal point de vente des produits transitant par Laredo: le marché de la Plaza de la Villa, le marché des pirates du Pescado, le marché de l'Azogue et le marché du ciments.

 

 

Le marché de la Plaza de la Villa: ici le poisson était toujours vendu en gros. Au XVIe siècle, cette place était déjà en plein essor social et de nombreuses familles importantes de la Villa ont commencé à construire leurs maisons-tours ici. Les pêcheurs vendaient leurs prises, frais ou en gros. Il était relié par la rivière Bario à la Plaza de las Pilas del Pescado.

Place des Piliers du Pescado: Ici, les meilleurs poissons ont été lavés dans une fontaine, le poisson a été fumé et l’escabeche a été fabriquée. La justice a été rendue sur cette place, car elle avait potence, potence et pilori. L'échafaud a été remplacé par un échafaud

Le marché Azogue: ici, je tire au sort, les régatonas vendent ou échangent leurs marchandises. Souvent, c’était "el quiñón", la partie des captures qui appartenait à leurs maris pour avoir participé à la journée de travail en mer. Ici, les ateliers d'artisans, forgerons, vanniers, menuisiers et autres apothicaires étaient centralisés. Les artisans retiraient leur marchandise avec des planches vers l'extérieur et, sous les arcades, la marchandise était vendue. Pour améliorer les lieux, le conseil ordonna la construction d'une fontaine

Le marché des cimetières: les membres du conseil municipal se sont réunis après la messe, au cimetière sous un frêne, pour prendre des décisions concernant la ville. C'est également à cet endroit que les processions ont eu lieu pour demander pourquoi les brumes n'apparaissaient pas dans la mer pendant les jours d'abattage. En tant qu'enceinte de l'église de Santa Maria, encore murée depuis le XIIIe siècle, l'espace ouvert du cimetière est devenu une bonne option pour se rencontrer dans un espace ouvert et vendre des marchandises très réglementées, avec la possibilité d'être contrôlé par l'évêque. et par le Conseil. Les marchandises échangées ici étaient celles apportées par les mulateros de Castille; du blé, du pain, du vin et d'autres aliments aussi importants qu'ils ne pourraient jamais manquer à la Villa de Laredo. 

¡BIBLIOGRAPHIE:

  • BALDOMERO BRÍGIDO, CASADO SOTO, FERNANDO HIERRO "TEXTOS Y LÁMINAS DE LA HISTORIA DE LAREDO". COLECCIÓN PRIVADA. ​
  • ROSA MARÍA DE TORO MIRANDA, "LA VILLA DE LAREDO EN LA EDAD MEDIA (1.200-.1516); ORÍGENES, ESPACIO URBANO Y POBLACIÓN".
  • ISABEL ORDIERES, "REHABILITAR LA PUEBLA DE LAREDO; PATRIMONIO, MEMORIA Y HABITABILIDAD". UNIVERSIDAD DE ALCALÁ Y AYUNTAMIENTO DE LAREDO.

 

 

Versión para imprimir Versión para imprimir | Mapa del sitio
© Diego De Vallejo Pérez